Anonyme

  • Rédigé sur commande vers 1350 à l'occasion d'une promesse de mariage, ce roman chevaleresque destiné à une princesse est un témoin ambitieux de la littérature de la fin du Moyen Age.
    Nourri d'un idéal courtois mis en danger par la guerre, les rivalités politiques et les épidémies, le livre ne se contente pas de raconter une histoire d'amour, modelée sur tant d'autres : la poésie, la musique, la danse et la qualité des images y célèbrent une culture complète des sens, bien avant le très célèbre cycle de six tapisseries de La Dame à la Licorne, auquel il a sans doute servi d'inspiration. Il avance, autour de la figure rêvée de la licorne, devenue féminine, une image renouvelée de la féminité, en récit, en poésie et en images. Pour une jeune femme, ce livre-coffret se présentait autant comme un manuel de conduite éthique et érotique, que comme une promesse de divertissements secrets, pour égayer les heures passées dans les chambres aux tentures multicolores - non loin des rumeurs, et momentanément à l'abri des catastrophes du monde. Seule, ou avec un amant parfait, et pour le meilleur face au pire.
    Les amateurs de fantasy retrouveront tous les ingrédients qui ravissent l'imaginaire de bien des lecteurs d'aujourd'hui.
    Texte anonyme, la traduction de Nathalie Koble, médiéviste, professeure à l'ENS, restitue toute la somptuosité de notre langue en cours de formation.

  • Une femme à Berlin ; journal 20 avril-22 juin 1945 Nouv.

    La jeune Berlinoise qui a rédigé ce journal, du 20 avril 1945 - les Soviétiques sont aux portes - jusqu'au 22 juin, a voulu rester anonyme, lors de la première publication du livre en 1954, et après. À la lecture de son témoignage, on comprend pourquoi.
    Sur un ton d'objectivité presque froide, ou alors sarcastique, toujours précis, parfois poignant, parfois comique, c'est la vie quotidienne dans un immeuble quasi en ruine, habité par des femmes de tout âge, des hommes qui se cachent : vie misérable, dans la peur, le froid, la saleté et la faim, scandée par les bombardements d'abord, sous une occupation brutale ensuite. S'ajoutent alors les viols, la honte, la banalisation de l'effroi.
    C'est la véracité sans fard et sans phrases qui fait la valeur de ce récit terrible, c'est aussi la lucidité du regard porté sur un Berlin tétanisé par la défaite. Et la plume de l'auteur anonyme rend admirablement ce mélange de dignité, de cynisme et d'humour qui lui a permis, sans doute, de survivre.

  • En lien avec le thème « Dire l'amour » du nouveau programme de français en 4e, le roman médiéval fondateur du mythe de l'amour absolu. Dans une adaptation nouvelle, spécialement conçue pour les collégiens.
     
    L'oeuvre
    Tristan et Iseut s'aiment éperdument ; mais il est le neveu du roi marc et elle en est l'épouse... Leur amour sera réciproque et inconditionnel jusqu'à la mort.
     
    Le dossier pédagogique et l'enquête
    o Le dossier pédagogique comprend :
    - des propositions d'ateliers à faire en classe ;
    - un guide de lecture avec des repères et un parcours  en 7 étapes ;
    - un groupement de textes et images sur le thème « Histoires d'amour et de mort ».
    o L'enquête porte sur l'amour courtois, nouvel art de vivre qui émerge à la cour dès le XIIe siècle.
     
    Pour l'enseignant
    Sur www.classiquesetcie.com, en accès gratuit réservé, un guide pédagogique, avec un descriptif complet de la séquence, et des fiches d'activités photocopiables.

  • Renart, rusé, habile et surtout beau parleur, a plus d'un tour dans son sac lorsqu'il s'amuse à piéger Ysengrin, le loup sot et glouton. Tiécelin le corbeau, Chantecler le coq, Dame Pinte la poule...
    Mais, las d'être dupés par ce goupil malicieux, les animaux lui complotent à leur façon une drôle de surprise !
    Rira bien qui rira le dernier !Bibliocollège propose :
    o des extraits revus et annotés,
    o des questionnaires au fil du texte,
    o des documents iconographiques exploités,
    o une présentation du Roman de Renart et de son époque,
    o un aperçu du genre satirique,
    o un groupement de textes : « Le Corbeau et le Renard à travers les siècles ».

  • Sept contes des Mille et Une Nuits, dans une édition annotée et commentée. Un « petit classique numérique » pour les 5e.
     L'anthologie
    o Trompée pr son épouse, le sultan Shahryar a décidé de faire exécuter chaque matin la femme qu'il aura épousée la veille. C'était sans compter sur le talent de Schéhérazade, la fille du grand vizir, qui le tient en haleine chaque nuit avec de merveilleuses histoires.
    o Sept contes représentatifs des Mille et Une Nuits. En lien avec le thème « Imaginer des univers nouveaux » du nouveau programme de français en 5e.Les compléments pédagogiques
    Par Nora Nadifi.
    o Soigneusement annotés, les contes sont associés à un dossier illustré, qui comprend :
    - un guide de lecture intitulé « De célèbres récits d'Orient », avec des repères, un parcours de l'oeuvre et un groupement de documents,
    - une enquête documentaire, « Comment vivait-on au temps des califes ? ".
    o Et, sur www.classiquesetcie.com, un guide pédagogique et des fiches photocopiables pour l'enseignant.

  • Transformé par son amitié avec Enkidou, l'homme sauvage, Gilgamesh, roi tyrannique, se lance dans un périlleux voyage en quête de l'immortalité. Le récit de ses exploits est le plus ancien texte de l'humanité.
    Titre recommandé par le ministère de l'Éducation nationale en classe de 6e et 5e.

  • Toute la mythologie de la chevalerie flamboyante rayonne dans ce chef-d'oeuvre de la littérature occidentale, où Arthur et la Table Ronde côtoient le fantôme d'oedipe et les légendes de l'antique Bretagne. On découvrira, dans le premier tome de cette Iliade des chevaliers, les origines lointaines de Tristan et la naissance de sa passion interdite pour Iseult, tandis qu'affleure l'ombre de la quête du Graal. Roman de l'enfance de l'art, généreux, enjoué, il entrelace des intrigues par centaines sans jamais ralentir son grand galop. Un plaisir de lecture inouï. Il n'y a pas d'auteur du Tristan, c'est une ouvre collective qui a pris forme au fil des générations entre le XIIe et le XVe siècle, où chaque reprise était une variante de toutes les autres. Notre traduction est basée sur un manuscrit unique du début du XVe siècle conservé à Vienne. Isabelle Degage est juriste de formation. Elle a passé deux années entières à traduire le premier tome du Tristan. Préface de Mika Biermann. Pour goûter pleinement l'oralité de ce texte, chaque tome est assorti d'une saison de podcasts, création audio originale diffusée en épisodes : http://blogs.editions-anacharsis.com/tristan/

    Toute la mythologie de la chevalerie flamboyante rayonne dans ce chef-d'oeuvre de la littérature occidentale, où Arthur et la Table Ronde côtoient le fantôme d'oedipe et les légendes de l'antique Bretagne. On découvrira, dans le premier tome de cette Iliade des chevaliers, les origines lointaines de Tristan et la naissance de sa passion interdite pour Iseult, tandis qu'affleure l'ombre de la quête du Graal. Roman de l'enfance de l'art, généreux, enjoué, il entrelace des intrigues par centaines sans jamais ralentir son grand galop. Un plaisir de lecture inouï.
    Il n'y a pas d'auteur du Tristan, c'est une ouvre collective qui a pris forme au fil des générations entre le XIIe et le XVe siècle, où chaque reprise était une variante de toutes les autres. Notre traduction est basée sur un manuscrit unique du début du XVe siècle conservé à Vienne. Isabelle Degage est juriste de formation. Elle a passé deux années entières à traduire le premier tome du Tristan. Préface de Mika Biermann.
    Pour goûter pleinement l'oralité de ce texte, chaque tome est assorti d'une saison de podcasts, création audio originale diffusée en épisodes : http://blogs.editions-anacharsis.com/tristan/

  • La voie suprême selon le yoga tibétain Nouv.

    "Religion", ce terme partout galvaudé depuis plusieurs siècles, vient du latin relegere : rassembler de nouveau. L'art de réunifier l'individuel à l'universel, voilà une définition du yoga, auquel La Voie suprême selon le yoga tibétain constitue une porte d'entrée idéale.Sous la forme de brefs chapitres, ce traité transmis oralement depuis la plus haute Antiquité offre la quintessence de l'enseignement bouddhique : les dix causes de regret, les dix choses à accomplir, les dix choses à éviter, etc. On y retrouve les mêmes préceptes et avertissements légués par d'autres traditions : brahmanisme, taoïsme, bouddhisme, mystique juive, chrétienne ou musulmane...Ainsi, il n'est pas excessif de considérer cet ouvrage comme une véritable introduction générale à une démarche spirituelle universelle.

  • Gilgamesh

    Anonyme

    Gilgamesh est le roi d'Uruk, une cité de l'antique Mésopotamie. Humain pour un tiers, divin aux deux tiers, tyrannique et fanfaron, le souverain est terrifié par une chose : sa propre mort. Accompagné de son fidèle ami Enkidu, prêt à affronter le monstrueux Humbaba, il décide de se lancer dans un périlleux voyage, en quête de l'immortalité.
    L'une des premières épopées de l'histoire, contenant en germe des épisodes mythologiques et religieux fondateurs, Gilgamesh est aussi un formidable hymne à l'humanité et à l'amitié.

  • « C'est ici la demeure du seigneur Sindbad, qui a parcouru toutes les mers que le soleil éclaire. »
    Alors que le pauvre Hindbad se plaint à Allah des injustices d'un monde qui permet aux riches de vivre avec largesse tandis qu'il doit travailler d'arrache-pied pour nourrir sa famille, le seigneur du palais au pied duquel il se repose l'entend. Il s'agit du riche Sindbad, dont la fortune est légendaire. Il invite Hindbad à sa table et lui conte les mille aventures qui ont fait sa richesse.
    Combien de dangers, de tempêtes et de monstres a-t-il su braver ? Combien de terres inconnues a-t-il parcourues ? C'est ce que découvre le lecteur, émerveillé par le récit de ces péripéties
    extraordinaires.
    o Objet d'étude : Récits d'aventures
    o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : Lecture comparative d'images
    Classe de sixième.

  • Coran (Le)

    Anonyme

    C'est vers l'an 610 de notre ère que Mahomet, retiré dans une grotte du mont Hira, a vécu la Révélation. L'archange Gabriel se manifeste à lui et lui ordonne de «réciter». De ce verbe vient le mot Coran, qui signifie «récitation», «lecture». La Parole de Dieu est «dictée» au Prophète en arabe, langue à la fois riche et complexe dont la musique et les sonorités font sens.
    La traduction de Jean Grosjean se distingue par le soin extrême apporté au style ainsi que par la fidélité au sens ; en outre, elle restitue le souffle poétique du Coran dans sa beauté sacrale.

  • Roman de Renart

    Anonyme

    Pour un bon plat d'anguilles ou d'andouilles, Renart est prêt à tout. Habile stratège, il imagine mille ruses pour duper son monde. Le coq Chantecler, Tiecelin le corbeau, le loup Ysengrin - son pire ennemi -, et même Noble le lion, son roi, en font les frais. Beau parleur déguisé en chevalier, en médecin ou en sorcier, il parvient toujours à ses fins. Jusqu'au jour où les autres animaux, lassés de ses mauvais coups, décident de lui tendre un piège...
    Dans le Roman de Renart, les animaux sont le reflet des hommes. À travers les joyeuses aventures du malin goupil se dessine une véritable satire de la société du Moyen Âge.

    o Objet d'étude : Résister au plus fort : ruses, mensonges et masques
    o Dossier pédagogique : Cinq fiches pour saisir les enjeux de l'oeuvre
    o Prolongement : Le renard, une figure de la ruse (corpus de textes)

    Classe de 6e.

  • L'humour, la malice et la satire sont au coeur de ces poèmes populaires érotiques composés à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle au Japon, pour fixer dans l'instant, à la façon d'un Boccace ou d'un La Fontaine, un travers, un mouvement d'humeur ou un jeu de mots. La source principale d'observation est la vie sexuelle de tous les jours, celle des moines, de la vie conjugale, des courtisanes, des veuves ou des domestiques, sans oublier les espiègles pratiques des dames du palais. Dans l'ombre des monastères, des maisons de thé, des palais ou de l'alcôve familiale, hommes et femmes se donnent en spectacle pour le divertissement de nos poètes indiscrets et notre plus grand plaisir. Puisse le lecteur parcourir ces poèmes illustrés dans le même esprit.

  • « Il passa au travers des arbrisseaux, et il aperçut la porte qu'ils cachaient. Il se présenta devant, et dit : Sésame, ouvre-toi !, et dans l'instant la porte s'ouvrit toute grande. »
    Un pauvre bûcheron nommé Ali Baba surprend par hasard une bande de voleurs venus déposer leur butin dans une grotte magique. Pour y entrer et accéder à des montagnes de trésors, il suffit de prononcer : « Sésame, ouvre-toi ! ». Ali Baba s'introduit dans la grotte, prend tout ce qu'il peut, et s'empresse de partager sa découverte avec sa famille...
    Débute alors une aventure parsemée d'embûches qui font la saveur de ce conte, l'un des plus connus des Mille et Une Nuits.
    Ali Baba et les quarante voleurs est suivi d'Histoire du cheval enchanté.
    o Objets d'étude : Récits d'aventures - Résister au plus fort : ruses, mensonges et masques
    o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : Imaginer la couverture d'un livre (EMI)
    Classe de sixième.

  • Maître Pathelin a rondement mené son affaire : il a acheté « à crédit » une étoffe à sieur Guillaume, et l'a si bien abusé qu'il n'acquitte pas sa dette. Mais à malin, malin et demi : il apprendra à ses dépens que « tel est pris qui croyait prendre »... Quant à La Farce du cuvier, elle permet à Jacquinot de renverser les « rôles » au sein de son foyer.
    Ces deux farces font écho l'une à l'autre, conjuguant duperie, rebondissement et jeux sur le langage sans autre morale que le plaisir de tromper le trompeur.

  • Aladdin est un mauvais garçon, qui désobéit à sa mère et refuse de travailler. Un jour, un vieil homme lui propose de l'élever à la condition de riche marchand. Séduit par l'idée, le jeune homme quitte tout pour le suivre ; mais bientôt, pris au piège, Aladdin va découvrir les mystérieux pouvoirs d'une lampe capable de réaliser tous ses rêves.
    L'un des contes les plus célèbres des Mille et Une Nuits, où l'on apprend avec Aladdin que la magie ne saurait remplacer le courage...

  • Les mots de l'auteur lui-même résume à eux seuls la portée de cet ouvrage : "Je crois que ma vie sexuelle pendant mon enfance a été assez extraordinaire par son intensité et que peu de gens ont des souvenirs aussi précis et aussi complets que les miens touchant les premières impressions sexuelles. J'ai tâché d'être le plus exact possible et cela donne peut-être quelque valeur à mon récit." Ces aveux ont été rédigés en français en 1912.

  • Expression majeure du Cante flamenco et du Cante jondo, la copla est née en Andalousie vers la fin du XIVe siècle. "Sur les six cordes de boyau de la guitare, avec quatre lignes de mots sortis de ses entrailles, le peuple chante sa peine. C'est une fenêtre ouverte sur l'âme de tout homme. C'est la copla. Nul poète n'a su exprimer avec tant d'intensité et une telle économie de mots, les fleurs et les ronces de la passion et du désespoir. Il n'y a pas, chez l'auteur anonyme de la copla, intention d'art. Il chante quand cela lui chante, se plaint quand il a peine ; il mêle souvent l'amour avec la mort, rarement avec la joie. Il n'écrit pas, il donne son soupir au vent, et le vent le rapporte. Chaque copla est la pointe sèche d'un des motifs qui sont la vie et la pointe de l'être. Aucune nation n'a donné à la poésie d'éternité un tel ensemble de chants, jaillis anonymement de chaque papille de son jour, de chaque étoile de sa nuit, de son héroïsme et de sa faillite." (Guy Lévis Mano).

  • Eiríkr le Rouge, condamné au bannissement à la suite des meurtres de Eyjólfr la Fiente et de Hrafn le Duelliste, met les voiles et part à la découverte du Groenland. Leifr, fils d'Eiríkr et de Thjódhildr, part du Groenland vers la Norvège mais son bateau est détourné vers les Hébrides ... Quant à Thorfinnr Karlsefni, fils de Thórdr Tête-de-Cheval, il part explorer le Vínland, contrée lointaine de Terre-Neuve...

    Le nom d'Eiríkr le Rouge évoque l'aventure, la bravoure, la magie des Vikings et les découvertes de contrées sauvages du Grand Nord...

  • 'Sézame, ouvre-toi!' Grâce à cette formule magique, Ali Baba découvre un fabuleux trésor caché au fond d'une grotte de la forêt.
    Le voilà riche, lui, le pauvre bûcheron! Mais les quarante voleurs qui possèdent ce butin ont bien l'intention de récupérer leur bien... Morgiane, la fidèle servante d'Ali Baba, parviendra-t-elle à déjouer le piège qu'ils vont tendre à son maître?

    L'un des plus célèbres contes des 'Mille et Une Nuits'.

  • La drogue fut, pour l'anonyme auteur de ces Rêveries, le parfait moyen d'échapper à la société marchande. Ce témoignage atypique, jamais misérabiliste ni prosélyte, est, par ailleurs, écrit dans une langue magnifique.

    Texte anonyme

  • La collection Lettres gothiques se propose d'ouvrir au public le plus large un accès à la fois direct, aisé et sûr, à la littérature du Moyen Age.
    Un accès direct en mettant sous les yeux du lecteur le texte original, un accès aisé grâce à la traduction en français moderne proposée en regard, à l'introduction et à des notes nombreuses. Un accès sûr grâce au soin dont font l'objet la présentation du texte et son commentaire. La collection Lettres gothiques offre ainsi un panorama représentatif de l'ensemble de la littérature médiévale.La Chanson de Roland est le premier grand texte littéraire français, celui qui a fixé pour toujours dans les mémoires la mort de Roland à Roncevaux. Composée, telle que nous la connaissons, à la fin du xie siècle, c'est la plus ancienne, la plus illustre et la plus belle des chansons de geste, ces poèmes épiques chantés qui situent tous leur action trois siècles en arrière, à l'époque carolingienne, sous le règne de Charlemagne ou de son fils. La Chanson de Roland est un poème d'une âpre grandeur, dense et profond, jouant avec une sobre puissance de ses résonances et de ses échos. L'édition et la traduction qu'en donne ici Ian Short sont l'une et l'autre nouvelles. 

  • Sous couvert de l'anonymat, un homme de quarante-trois ans décrit sa vie de travesti. Marié et père de famille, il n'est pas, prévient-il, homosexuel. Mais il éprouve une véritable passion pour le travestissement. C'est à l'âge de sept ou huit ans qu'il essaie pour la première fois l'une des culottes de sa mère et en ressent du plaisir. L'expérience se reproduit à treize ans avec celle de sa cousine ; il a cette fois une érection. Son intérêt pour les dessous féminins va croissant. Ses pulsions narcissiques et masochistes se développent. Quand il se retrouve seul, il enfile bas, gaine, culotte et manteau et s'admire dans un miroir. Il acquiert sa propre lingerie. D'abord amusée, son épouse se montre ensuite hostile à ses jeux, ce qui le pousse à avoir des aventures avec d'autres femmes. Parfois, l'auteur interpelle son lecteur, le prie de ne pas le juger. Ce qui ne saurait se produire : l'auteur décrit par le menu et avec une telle franchise les émois sexuels que lui procure sa passion du travestissement que le lecteur ne peut qu'en être troublé. La sincérité de la première personne du singulier fait de cette confession sans fard achevée en 1956 un témoignage exceptionnel, celui d'une mise à nu sur une sexualité non pas pathologique mais singulière et loin d'être rare.

empty