Ludivine Bantigny

  • À partir d'un travail dans les archives de toute la France, pour beaucoup inédites, Ludivine Bantigny restitue l'énergie des luttes, des débats, des émotions et des espoirs portés par les acteurs de 68 : toutes celles et tous ceux – ouvriers, étudiants, militants mais aussi danseurs, médecins, paysans, artisans, poètes d'un jour, et les femmes à parts égales avec les hommes – qui ont participé au mouvement. Elle s'intéresse aussi à " l'autre côté " : la police, le pouvoir et les oppositions à la contestation.
    Son livre s'attache au vif des événements : à la diversité de leurs protagonistes plus qu'aux seuls porte-parole désignés, à leurs pratiques plus qu'à la rhétorique dont on les a ensuite enveloppés, à la grève qui met le temps en suspens. " Les événements " : si la formule est restée vague faute de pouvoir à coup sûr qualifier ce qui s'était passé, du moins a-t-elle le mérite de revenir précisément aux faits, aux projets, à l'inventivité, à tout ce qui a été imaginé, de grand et de petit, pour réellement " changer la vie ".
    Ludivine Bantigny est historienne, maîtresse de conférences à l'université de Rouen Normandie. Ses recherches portent sur les engagements politiques et la conscience historique au XXe siècle. Elle a notamment publié La France à l'heure du monde. De 1981 à nos jours (Seuil, 2013 ; " Points Histoire ", 2018).

  • En quinze chapitres nourris des travaux les plus neufs en histoire, sociologie, géographie, sciences politiques, Ludivine Bantigny dresse un bilan éclairant des évolutions survenues ces trente dernières années. Une histoire très contemporaine dont l'horizon est marqué par la mondialisation, le libéralisme économique, le sentiment de crise. Quel regard porter sur la France, quand le monde semble devenu le meilleur critère pour comprendre cette nouvelle ère ? Quelle pertinence à réfléchir encore en termes nationaux au temps de l'apparent effacement des frontières ? De l'arrivée de François Mitterrand au pouvoir en 1981 au sarkozysme, de la crise du creuset républicain à la scène du travail, des genres de vie aux réflexions sur « l'omniprésent », ce volume fait la part égale au politique, aux transformations sociales et aux imaginaires, dans un monde devenu multipolaire. Une époque nouvelle est née, elle n'est pas encore close. Le volume qu'on va lire ici affronte de plein fouet les défis de la contemporanéité, avec un ton personnel et engagé.Ludivine Bantigny est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Rouen. Ses travaux portent sur les phénomènes générationnels, l'engagement politique et la conscience historique. Elle a notamment publié Hériter en politique, PUF, 2011 (en codirection avec Arnaud Baubérot) ; Jeunesse oblige. Histoire des jeunes en France, PUF, 2009 (en codirection avec Ivan Jablonka) ; Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l'aube des Trente Glorieuses à la guerre d'Algérie, Fayard, 2007.

  • L'actualité fait des jeunes un objet de débat, d'admiration ou d'angoisse. Une multitude de figures viennent s'intercaler entre le modèle du « jeune écrivain » et le contre-modèle du « jeune de cité ». Mais ces images sont des constructions dont les fondements plongent loin dans le passé. Elles contribuent à gommer la profonde diversité sociale de la jeunesse et escamotent les tensions qui existent en son sein. Dès lors, étudier la jeunesse exige de s'interroger sur la transmission des comportements et des savoirs. Comment les jeunes se conforment-ils aux rôles qu'on leur assigne ? Sujets de contraintes et cibles de politiques, ont-ils vocation à contester l'ordre établi ? Pourquoi une société se montre-t-elle taraudée par « ses » jeunes, cédant alors à la tentation de l'expertise ? La jeunesse apparaît ainsi comme un sujet-creuset permettant de multiplier les approches et les méthodes, de démêler un fatras de clichés, de fantasmes et de slogans. L'histoire, en dialogue avec la sociologie, offre la possibilité d'interpréter les discours médiatiques et politiques. Faire de la jeunesse un objet d'histoire permet de lui restituer sa dimension temporelle et son ambiguïté - tant il est vrai qu'elle n'existe que dans les mutations des discours, l'exercice des pratiques et le vertige des combats.

  • Les « années 1968 » ont-elles été une époque de contestation des rôles de genre, des stéréotypes sexués ou des clichés virilistes ? Pour le savoir, ce livre veut saisir l'influence du genre dans les multiples formes de positionnement et de conflictualité politique, dans les organisations syndicales comme les groupes et partis politiques, les mouvements associatifs et les collectifs militants, dans cette période marquée par de nouvelles dynamiques féministes.

empty